Observatoire des Saisons

Le colchique d'automne : observations de Jacva

Cet article a été rédigé par un observateur fidèle, Jacva, basé à Maubeuge dans le Nord (59).

 

Le colchique d’automne (Colchicum autumnale) est une plante qui m’a intéressé depuis que je m’occupe de botanique. Au début j’avais été intrigué par ces feuilles qui poussent au printemps et que j’avais pris pour des tulipes. On voyait même les gros boutons dans le cœur de la plante, mais jamais les fleurs ! Il m’a fallu deux ans pour m’apercevoir après consultation de livres qu’en fait il s’agissait de feuilles de colchique. En 2015, j’avais fait un article concernant cette plante. Ci-après on retrouve la suite de mes observations. Je débute par l’année 2014 qui est une année charnière, avec quasiment pas de fleurs dû à une météo estivale déplorable.

Situation dans les remparts de Maubeuge :

Le colchique d'automne y occupe une surface suffisamment claire d'environ 40 m2, sur un talus herbu abrité par quelques arbres qui donnent une lumière tamisée. Les premiers relevés datent de 2010. Elle fleurit tous les ans d’une manière plus ou moins abondante en août-septembre. Feuilles et graines sont programmées pour apparaitre au printemps.

Sur ce plan établi en 2017 le colchique occupe une partie d’un petit tertre d’environ 80 cm de haut et la partie basse sur le devant. Les cinq ronds noirs indiquent l’emplacement de arbres (frênes et merisier).

 

Les petits dessins rouges montrent la répartition et la densité des fleurs. Les zones très denses donnent l’impression d’avoir de grands massifs fleuris. En fait il n’en est rien car une fleur ne vit que 6 ou 7 jours et la floraison s’étale sur un mois et demi. Les fleurs sont donc très dispersées. En principe chaque pied donne une seule fleur, pourtant nombreux sont ceux qui ont 2 fleurs, mais la seconde n’éclot que lorsque la première est fanée. Parfois on peut avoir un groupe de 4 ou 5 fleurs.

Les observations de 2010 à 2013 :

De 2010 à 2013, mes observations étaient surtout qualitatives. On peut estimer le nombre de fleurs à plus de 200. En principe les premières fleurs apparaissent vers le 20 août. Pourtant l’année 2013 est une exception avec un début de floraison le 4 septembre. Le printemps désastreux a entrainé un retard général de la floraison de 15 jours. Le temps ne se remet qu’à partir du 1er juillet avec un retournement complet de la météo. Ciel bleu et chaleur tout au long de juillet, ce temps continue en août mais un peu moins bien. Septembre voit encore de fortes chaleurs en début de mois, jusqu’à 31°C, avec un très beau passage de ciel bleu. Cependant ce beau temps n’a pas permis de rattraper le retard. La floraison se termine aussi plus tard, début octobre.

Floraison en 2014 :

Un mois d’août désastreux, le plus mauvais de ces dernières années, pluviosité très importante, ciel le plus souvent gris, températures autour de 22°C en première quinzaine, puis se stabilisent aux environs de 18°C. Pourtant les premières fleurs apparaissent dès le 7 août, avec presque deux semaines d’avance. Ceci correspond à une floraison générale très précoce suite à un printemps des plus beaux.

Si la floraison démarre très tôt, elle est extrêmement réduite. On n’atteindra pas la vingtaine de fleur au total. Et tout s’arrête 15 jours plus tard, alors que normalement la durée est d’une quarantaine de jours.

La très faible quantité de fleurs a pour conséquence, au printemps 2015, l’absence totale de graines au moment de l’apparition des feuilles et des fruits. L’ensemble des 340 pieds recensés était stérile.

Floraison année 2015 :

Cette année 2015 nous avons eu un beau mois d’août. Bonne chaleur tout le mois, 20 à 27°C, excepté une baisse passagère du 15 au 19 où la température descend à 18°C. C’est un mois bien ensoleillé avec des pluies concentrées sur la seconde quinzaine (un jour sur deux). Les premières fleurs sont apparues le 28 août au début d’un répit dans les pluies et d’une pointe de chaleur.

Du 1er au 3 septembre, le temps devient couvert avec averses, la température descend à 18°C. Cela entraîne le ralentissement de la floraison avec seulement une à deux fleurs nouvelles par jour. Du 4 au 11 septembre, la température reste de 17 à 20°C, le temps redevient sec avec un ciel nuageux ou couvert, le rythme passe alors à 4 ou 5 fleurs par jour. A partir du 12, le temps change, les pluies sont nombreuses, mais les températures ne bougent pas. C’est à ce moment que la floraison ralentit et s’arrête le 24. Pourtant à partir du 20, le ciel redevient tout bleu jusque début octobre, il fait un peu plus frais (16°C) dû à un vent de N-E. Mais la floraison ne repart plus.

Le 27 septembre, la dernière fleur est fanée. Au total, il y a eu 69 fleurs. La floraison débute avec 6 jours de retards dû au temps trop humide et a duré 30 jours.

Comptage des fleurs :

A partir de cette année je procède à un comptage des fleurs. Pas facile à faire, mais à chaque passage tous les 2 ou 3 jours environ, j’entourais la tige avec une grande herbe nouée autour de la fleur ou une feuille de plantain trouée et enfilée sur la tige. J’ai trouvé ce système facile et très pratique. De plus j’ai découpé la zone en plusieurs secteurs repérés de A à J (voir plan ci-dessus).

J’ai mis les résultats obtenus sur un graphique. La courbe bleue correspond au nombre cumulé de fleurs apparu au cours de la floraison. J’ai complété ce graphique par la courbe des températures relevées chaque après-midi. Les triangles correspondent aux pluies : un triangle signifie de la pluie dans une demi-journée, deux triangles de la pluie matin et après-midi.

Le déroulement de la floraison est bien visible, avec en parallèle les conditions climatiques.

Floraison année 2016 :

Etant absent à l’époque de la floraison, je n’ai aucun renseignement.

Floraison année 2017 :

 

J’ai repris le principe de comptage effectué en 2015, en y ajoutant le nombre de fleurs vues à chaque visite (fleurs nouvelles plus fleurs déjà répertoriées et pas encore fanées).

En août, après une première semaine de beau temps, les pluies reviennent et durent jusqu’au 19 août. Les toutes premières fleurs apparaissent le 14 août, mais la floraison ne décolle vraiment qu’à partir du 20 août, au moment où les pluies cessent et la température passe brusquement de 18-22°C à 25-28. On constate alors l’éclosion d’environ 10 nouvelles fleurs par jour. Ce rythme s’arrête brusquement le 2 septembre. Ne vient plus que deux fleurs quotidiennement. Cette transition correspond à une brusque baisse des températures et au retour de quelques pluies. Maintenant la floraison décroit régulièrement pour s’arrêter le 23 septembre.

Au total, 150 fleurs auront égayé ce coin des remparts. La plus belle période se trouve entre le 24 août et le 31 août où on a constamment plus de 40 à 45 fleurs à admirer. Jamais plus car leur durée de vie est courte.

Durée de vie d’une fleur :

En 2017 j’ai profité du comptage pour estimer la durée des différentes phases de la vie d’une fleur, de l’émergence du sol à son flétrissement.

En général les boutons sont visibles lorsqu’ils mesurent deux à trois centimètres de haut. Il faut alors 2 à 3 jours pour qu’ils atteignent l’âge adulte. Les fleurs sont alors souvent fermées sauf lorsqu’elles sont éclairées par le soleil. Elles ne restent bien droites que 3 ou 4 jours. Elles se couchent ensuite tout en restant ouvertes d’une manière permanente. On est à son crépuscule. Deux jours plus tard elle commence à flétrir.

De l’apparition du bouton au flétrissement, il se passe 9 jours environ dont seulement 4 à 6 jours où elle est pollinisable. Le colchique fait partie des plantes dont les fleurs ont une très courte période de vie.

Floraison en 2018 :

En août après une période chaude (de 28 à 35°C) et très ensoleillée les premiers sept jours avec un peu moins de pluie. L’orage et la pluie dans la nuit du 7 au 8 sonnent la fin de la sécheresse qui sévissait depuis le 20 juin. Les pluies ne sont pas suffisantes pour réduire la sécheresse d’une manière importante mais permettent à partir du 17 aux pelouses de commencer à reverdir. C’est aussi le moment où le colchique va pouvoir émerger du sol.

Le 10 août on ne décèle encore aucune trace de cette plante. Le 14 on dénombre déjà trois fleurs. C’est le départ. Le 20 août on en n’est toujours qu’à 8 fleurs visibles. Cette fois c’est le bon départ (10%). Les températures baissent légèrement, passant de 24 à 20°C. En moyenne il apparaît 10 nouvelles fleurs par jour. Le 3 septembre 82 fleurs sont visibles ce jour-là, c’est le maximum, nettement plus qu’en 2017 avec ses 50 fleurs au maximum.

La 1ère quinzaine de septembre est souvent grise, le 4 septembre tombe une forte averse d’orage, puis 3 journées avec de la bruine. Le rythme commence à ralentir et c’est la descente rapide, sans raison apparente, la météo étant peu évolutive. Malgré une grande période de ciel bleu à partir du 15 septembre, la dernière fleur éclot le 20. Le 27, il n’y plus aucune fleur. Nous avons eu au total 190 fleurs, au lieu de 150 en 2017.

Note : L’absence de fauchage au printemps a dû permettre aux graines de mûrir complètement et d’assurer la pérennité de l’espèce en cet endroit.

 

En résumé, les premières fleurs datent du 14 août, les 10% sont atteint le 22. La durée totale de la floraison est de 42 jours.

 

Floraison en 2019 :

Pour le comptage des fleurs cette année, je vais visiter le parc tous les un ou deux jours. Bien m’en prit car le nombre de fleurs sera de 550 environ. Tout à fait inattendu car trois fois plus que l’année dernière.

Les toutes premières fleurs apparaissent le 19 août, après une semaine de pluies qui ont permis de bien ré humidifier la terre, la sécheresse ayant sévi depuis le début de l’année malgré quelques petites périodes pluvieuses. Après un début timide, les floraisons quotidiennes accélèrent brusquement vers le 23 au cours d’une période de chaleur et sans pluie, la température passant de 20-22°C à 30°C. Les fleurs éclosent avec un rythme de 26 fleurs nouvelles par jour. Ce rythme continue jusqu’à la mi-septembre malgré un retour des températures autour de 20°C et quelques pluies. Le 10 septembre on atteint le nombre maximum (189) de fleurs visibles lors d’une visite. La floraison commence à ralentir d’abord tout doucement puis plus rapidement. Le 18 septembre nous sommes presque au maximum. Neuf nouvelles fleurs vont encore apparaître jusqu’au 23 septembre, date de la dernière visite. Au total nous aurons eu 558 colchiques. Si nous considérons sept jours de vie pour une fleur, elles seront toutes fanées le 30 septembre.

Lorsqu’on examine la courbe ci-dessous, une fois la floraison bien démarrée, elle suit une ligne parfaitement rectiligne du 25 août au 13 septembre sans tenir compte de la météo, comme les années précédentes.

Note : c’est la deuxième année sans fauchage. Des arbustes commencent à bien pousser, ils font entre un mètre et un mètre cinquante, des ormes semble-t-il.

Résumé:

Ce tableau récapitulatif reprend les principales dates de la floraison du Colchique d’automne :

Année

1ère fleur

Floraison 10%

Vitesse

Floraison max.

Floraison 90%

Disparition dernière fleur

Nb total de fleurs

Durée totale

2014

7 août

7 août

2 fl./j.

/

/

25 août

20 max.

15 jours

2015

28 août

1 sept.

(7 fleurs)

4 à 5 fl./j.

/

14 sept.

27 sept.

69 fleurs

30 jours

2017

14 août

19 août

(15 fleurs)

10 fl./j.

31 août

50 fl.

2 sept.

23 sept.

150 fleurs

40 jours

2018

14 août

22 août

(19 fleurs)

11 fl./j.

3 sept.

82 fl.

8 sept.

27 sept.

190 fleurs

44 jours

2019

19 août

25 août

(55 fleurs)

26 fl./j.

10 sept.

156 fl.

13 sept.

30 sept.*

558 fleurs

42 jours*

Typique

17 août

22 août

/

3 sept.

9 sept.

30 sept.

43 jours

* Dates estimées car arrêt des relevés le 23 septembre.

Conclusion :

Je pense que l’année 2019 avec ses 550 fleurs n’est pas extraordinaire et doit correspondre à une floraison normale. En effet, après 2014 les floraisons sont remontées progressivement pour atteindre cette quantité. De plus la météo en août et septembre peut être considérée comme normale et dans les moyennes de ces dernières années. Il est peu probable que l’on obtienne beaucoup plus de fleurs.

En général le début de l’apparition des fleurs suit la même règle que la flore générale. Par exemple les floraisons printanières très précoces de 2014 ou celles très en retard de 2013. Les premières éclosions ont besoin d’un terrain suffisamment humide mais n’ont lieu qu’en l’absence de pluie. La température ne semble pas avoir d’influence. A partir de la date de découverte de la première fleur :

  • Les 10% de floraison ont lieu 4 à 5 jours plus tard. A partir de ce moment la progression du nombre de fleurs est constante jusqu’au 90%, quel que soit la météo. Une exception les 1er au 3 septembre 2015 où le temps était vraiment très mauvais, mais le léger retard avait été vite rattrapé.

  • La floraison maximale a lieu 12 à 14 jours après les 10%. Le nombre de fleurs dépend essentiellement du rythme d’apparition plus que de la durée.

  • A partir de ce moment, le nombre de fleurs nouvelles décroit. En 5 jours on atteint 90% de fleurs, la dernière fleur disparaissant au bout de 20 jours supplémentaires.

De la première éclosion à la disparition de la dernière fleur il se passe 43 jours.

La dernière ligne du tableau corresponde aux dates typiques déduites des observations de la floraison. Elles ont besoin d’être confirmées. Ce sera l’objet des relevés de l’année prochaine si mes occupations le permettent. Donc rendez-vous en octobre 2020.

 

Présentation en photos de la Colchique d'automne  :

 

 

Image: